Le comité STOP TISA Genève appelle à participer à la
MANIFESTATION
Samedi 18 avril 2015 à Annecy
10h Salle Pierre Lamy : Conférence de Thomas Porcher et Frédéric Farah,
économistes, auteurs de « TAFTA, l’accord du plus
fort »
14h : Manifestation de rue festive au départ de la Préfecture
Nos Etats négocient en secret des accords de libre-échange qui menacent nos droits
démocratiques et qui donnent de plus en plus de pouvoir aux multinationales.
En supprimant des «obstacles inutiles au commerce et à l’investissement», ces
accords s’attaquent aux normes de protection de l’environnement, aux normes
sanitaires et sociales et prévoient des tribunaux privés permettant aux entreprises de
poursuivre les Etats si elles s’estiment lésées !
Pour se rendre à Annecy
Bus T72 Genève (place Dorsière) – Annecy (gare routière) : départ à 8h15, 10h15, 12h30.
Retour : départ d’Annecy à 17h15, 19h15.
Renseignements sur le site : http://www.unireso.com
Il y a aussi la possibilité d’organiser du covoiturage. Veuillez proposer ou demander des
places à l’adresse suivante : a.bailat@sspge.ch (mention : covoiturage TISA) jusqu’au
jeudi 16 avril à midi au plus tard.Suite au blocage des négociations de l’OMC, les gouvernements, sous la pression des
transnationales, veulent poursuivre la libéralisation des échanges par d’autres moyens. Ils
ont ainsi lancé plusieurs accords de libre-échange bilatéraux ou plurilatéraux. Deux accords
importants sont actuellement en négociation:
TiSA (ou ACS), Accord sur le Commerce des Services auquel participe la Suisse et
TAFTA (ou TTIP), Accord de Partenariat Transatlantique entre les Etats-Unis et l’Union
européenne. Le gouvernement suisse a déjà fait part de son intention de s’y associer.
TISA, l’Accord sur le Commerce des Services
auquel participe la Suisse
TISA (Trade in Services Agreement), ou Accord sur le Commerce des Services (ACS)
est un accord de libre-échange et d’investissement qui est actuellement en négociation. Une
cinquantaine de pays, dont les Etats-Unis et la Suisse, y participent. Négocié en secret
depuis 2012, TISA préconise l’ouverture totale du « marché des services » à la concurrence
internationale. Cet accord vise tous les services et va encore plus loin que l’AGCS (Accord
général sur le commerce des services) négocié dans le cadre de l’OMC. Selon ce que l’on
sait, dans un premier temps seront touchés par la déréglementation et la mise en
concurrence: les services liés à l’énergie, la finance, la poste, les télécommunications, le
commerce électronique et le transfert de données personnelles, les transports maritimes,
aériens et routiers ainsi que les marchés publics.
Les services publics menacés
Les soins de santé, l’éducation, les transports publics, la distribution de l’eau, la gestion des
déchets représentent des marchés potentiels énormes pour les multinationales. TISA
accélèrera fortement la tendance déjà existante à la privatisation des services publics et des
services subventionnés tels que la culture ou la protection sociale.
Nos droits démocratiques en danger
En réalité, les accords de libre-échange ne concernent pas seulement le commerce. Ils
auront une influence importante sur les lois et réglementations à l’intérieur des frontières du
pays. Ils limiteront sérieusement le droit des gouvernements à légiférer, que ce soit au
niveau fédéral, cantonal ou communal. Une fois un secteur libéralisé, il sera impossible de
faire marche arrière, même suite à une mauvaise expérience. C’est une mise sous tutelle par
les multinationales !
Il n’est pas admissible que des accords commerciaux, négociés en secret et sans débat
démocratique, puissent façonner nos sociétés selon les exigences de profits des grandes
entreprises. La mobilisation citoyenne a déjà empêché la signature d’accords similaires :
l’AMI en 1988, l’AGCS en 2006, l’ACTA en 2012.
NOUS POUVONS FAIRE ÉCHOUER CES PROJETS !
Les nouveaux accords ultra-libéraux sont comme des vampires :
dès qu’ils sont exposés à la lumière du jour, ils meurent !